Conférence Berryer à Toulouse

La Berryer made in Toulouse : un succès !

La communication autour de la Berryer laissait nombre de confrères perplexes, exercice plus que prisé sur la capitale mais presque inconnu « au-delà du périphérique » comme s’est plu à le viser Maitre Eolas sur son célèbre blog. La perplexité a vite laissé place à la curiosité puisque finalement la cour pavée de la salle du Sénéchal regorgeait de curieux, qui dès 18 heures n’ont pas risqué de se faire voler leur tour.
Malheureusement, et c’est là le lot de toute Berryer qui se respecte : la salle est comble en 10 minutes après l’ouverture des portes, beaucoup de ceux qui ont patienté à l’extérieur…y resteront.

A tous ceux là, naturellement déçus voire grognons pour certains d’avoir du rebrousser chemin alors que la salle crépitait bien au chaud d’impatience, le présent propos présente des excuses, mais effectivement, victime d’un succès non usurpé pour ce spectacle gratuit de plus de trois heures trente, chacun s’était vu mis en garde sur la seule limite quoiqu’implacable, des places disponibles.
Finalement, à l’intérieur de la salle en amphithéâtre, ils étaient plus de 300, plus ou moins confortablement lotis, debout contre les portes, appuyés le long les murs, recroquevillés sur les genoux, par terre devant la scène, étouffant sur une marche saillante, coincés à deux sur un même fauteuil : aucun d’eux n’a bougé ! Et pour cause, les 8 Secrétaires parisiens pénètrent dans l’arène toulousaine du soir, suivis de leurs 4 hôtes toulousains, avec au milieu de tous, débarquant à peine sur Blagnac entre deux assises, l’une à Cayenne, l’autre à Versailles, l’invité d’honneur qui a fait se remplir la salle : Eric DUPOND MORETTI. Commence alors une séance de joutes oratoires, de plus ou moins haut vol, de références plus ou moins assurées, de réparties ou moins bien senties, le ton étant donné dès le rapport de présentation de l’invité par les deux derniers Lauréats de la conférence toulousaine, dont on retiendra, outre l’encyclopédie animalière de circonstance, la périphrase évidente sur Eric DUPOND MORETTI : « vous êtes un mec bien ».

La suite supposait d’être vue, et ne se verrait qu’écornée dans un récit papier a posteriori, ce dont je me dispense volontairement. Pour les absents intrigués et les présents mélancoliques, un DVD est en cours de finalisation et sa diffusion prochaine est en pleine réflexion. Si vraiment la curiosité se fait trop pressante, interpellez donc dans un couloir du palais, nos confrères Emmanuelle FRANCK et Thomas HERIN AMABILE, nos deux candidats courageux au discours n’ont pas démérité, d’aucuns diront facilement que leur second voire troisième degré leur aura fait garder face riante devant 12 critiques féroces, d’autres admettront que, bien au-delà de ça, c’est tout simplement leur talent qui les aura portés haut ce soir là. Emmanuelle, Thomas : « vous êtes des mecs bien » !
Plus tard, et alors que l’horloge au fronton du Capitole affiche près de 2 heures, attablée sous les arcades, frappée de fatigue et dégoulinante d’une pluie automnale qui aura surpris tout le monde après la chaleur de la rue de Rémusat et ses 10 minutes de standing ovation, la phrase jetée en l’air d’un quatrième Secrétaire parisien m’aura définitivement comblée : « c’est là notre plus belle Berryer délocalisée » L’expérience est incontestablement à renouveler entre les mains de ceux qui nous succèderons en décembre…
Pour l’heure, je tiens à remercier personnellement tous ceux qui ont contribué à la réussite de ce beau moment : Monsieur le Bâtonnier Pascal SAINT GENIEST, qui garde la paternité de l’idée d’une Berryer toulousaine, son homologue parisien à la délicieuse contre-critique, nos huit Secrétaires parisiens enthousiastes Eddy, Yassine, César, Cédric, Jean-François, Zoé, Solène, et surtout Thomas qui m’a coachée depuis Paris, mes acolytes Sébastien FRANCK et Romain GIRAL, Jean Damien CAZANAVE enfilant pour l’occasion un costume de deuxième secrétaire, Thomas HERIN AMABILE et Emmanuelle FRANCK pour leur masochisme débridé, et enfin tous ceux qui ont œuvré dans l’ombre, voués à des tâches plus ou moins ingrates : Julien SOUBIRAN à la caméra, Marc POUSSIN et Julien DEVIERS à l’accueil et à la gestion délicate de l’imposant public, Véronique CHRISTOPH pour la logistique et la communication, le personnel de la régie de la salle du SENECHAL et enfin chacun des spectateurs, patient puis encourageant et stimulant, sans qui le torrent de cailloux n’aurait pas roulé dans l’accent de cette Berryer là… A tous : merci ! Il me reste un dernier mot pour celui qui ne me lira pas : notre confrère Eric DUPOND MORETTI, accessible, infiniment disponible, monstrueux de talent, définitivement notre Maître à tous.
A l’année prochaine, peuple de Berryer de TOULOUSE !

Marion BARRAULT CLERGUE - 1er Secrétaire de la Conférence