DISCRIMINATIONS

Dérapages d’employeurs « sous surveillance » (mai 2018)

Par Daniel MINGAUD
Avocat au Barreau de TOULOUSE, spécialiste en Droit du travail

Certainement pour squeezer le plafonnement des indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, issu des ordonnances Macron, les salariés, sur les conseils plus ou moins avisés de leur défenseur syndical ou avocat, multiplient aujourd’hui des actions prud’homales fondées sur des discriminations.

Dans son dernier rapport annuel d’activité, le défenseur des droits a relevé en 2017 une hausse de 4% de plaintes pour discrimination. Il faut dire que son efficacité redoutable n’y est sans doute pas étrangère. En fin limier, ses enquêtes approfondies sont souvent couronnées de succès (pour les victimes du moins).

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire